Incubateurs et startups se retrouvent à Cotonou

Incubateurs et startups se retrouvent à Cotonou

Après une première édition tenue à Abidjan, le Salon International des Incubateurs et Startups numériques d’Afrique (SIISNA) se délocalise. La deuxième édition aura lieu à Cotonou les 14, 15, 16 juin prochains. Dans la foulée, nous nous sommes approchés du président du comité d’organisation, l’entrepreneur Aubin Degan. Il nous explique pourquoi avoir choisi de faire le salon dans un autre pays autre que le pays de naissance du projet et dévoile le contenu de cette rencontre. Un millier de personnes est attendu au SIISNA 2018 pour débattre du thème : « SYNERGY’TICS ou le défi de la synergie pour le développement de l’économie numérique en Afrique. »

Le SIISNA est couplé cette année du lancement de la 1ère édition du concours African Digital Awards qui permettra de distinguer  les startups et entreprises numériques les plus innovantes d’Afrique.

Comment expliquez-vous la délocalisation du salon ?

 Le SIISNA n’est pas délocalisé au sens propre du terme. Il a été plutôt conçu dans une vision panafricaine. De ce fait, nous l’organisons de façon itinérante à travers différents pays de l’Afrique. Car nous pensons que l’Afrique dans son entièreté mérite de vivre pleinement la quatrième révolution, celle du numérique.

 Pourquoi n’avoir pas peut-être  choisi le Togo ?

Le Togo est un beau pays qui mérite effectivement de vivre un événement aussi grandiose comme celui du SIISNA du fait de son écosystème local digital constitué de jeunes gens qui font un travail extraordinaire pour la promotion du numérique. Ce n’est que partie remise. Les éditions prochaines nous édifieront.

Cet événement sera clôturé par l’African Digital Awards qui récompensera les startups et entreprises numériques les plus innovantes du continent. A qui cela est destiné et comment y  participer ?

Effectivement nous pensons que c’est important de récompenser les acteurs qui font dans l’Innovation digitale non seulement pour les mettre en lumière mais aussi pour leur donner des opportunités internationales que cela soit techniques et financières.

Pour cette première édition des ADA, dix catégories majeures sont déclinées avec bien sûr 10 lauréats à récompenser venant de 7 pays d’Afrique. Les différents nominés sont issus des hubs incubateurs des sept pays sélectionnés. Dans les années à venir, nous analyserons la possibilité de l’ouvrir à un plus large public en changeant bien sûr le mode de sélection.Le comité avisera en son temps.

Le thème de cet événement est : « SYNERGY’TICS ou le défi de la synergie pour le développement de l’économie numérique en Afrique. Comment le comprendre de façon simple ?

L’économie numérique est la nouvelle forme de l’économie dont l’impact sur la population africaine ne fait l’ombre d’aucun doute. Il est de ce fait important de faire un ancrage sur sa terminologie et de réunir un ensemble d’acteurs histoire d’analyser la possibilité de mieux faire sa vulgarisation. Car ne l’oublions pas l’Afrique a une grande part à jouer dans cette révolution majeure car bénéficiant d’une population constituée de  près de 70% de jeunes.

Que souhaitez-vous que ces événements apportent à l’Afrique ?

Nous voudrions qu’à travers  ces deux événements majeurs, donner plusieurs de visibilité et d’opportunités aux  jeunes startups africaines à travers les partenaires stratégiques qui nous accompagnent tels Bond’innov et Afric’innov.

D’autres parts sensibiliser les acteurs à divers niveau surtout étatique sur l’élaboration d’un cadre qui favorise l’essor des   startups digitales et par ricochet la mise en œuvre d’un cadre juridique d’accompagnement des porteurs de projet et des  startups.

Car nous croyons fortement que l’une des voies de développement de l’Afrique passe inexorablement par l’économie numérique.

Source : https://www.techenafrique.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *